Chansons pop et airs baroques
Johnny, fais-moi mâle !
théâtre musical


Affiche Johnny
Aurore Bucher : voix et conception
Clémence Schaming/Cyrielle Eberhardt en alternance : violon
Carjez Gerretsen : clarinettes
Jérémie Arcache : violoncelle
Damien Pouvreau : guitare et théorbe
Clémence Bucher : mise en scène
Nieves Salzmann : scénographie et lumières
Sylvie Berthou : costumes
avec les regards bienveillants de Stéphane Verrue et Norman Taylor

 

Johnny, fais-moi mâle! est une plongée au coeur du désir et de la notion de genre*. Ici, on dirait que les filles n’attendraient pas forcément le prince charmant, parleraient fort et n'auraient pas d’emblée envie d'avoir des enfants, et que les garçons s'habilleraient en rose, ne seraient pas toujours des durs à cuire et pleureraient au cinéma. On dirait qu’ensemble, dans le secret de leurs chambres et au dehors, ils se parleraient d'égal à égal, libéré(e)s de leurs préjugés et de leurs craintes.
Nos allié(e)s s'appellent Johnny, Elvire, Surabaya, Calamity, Franckie, Jane... et tous nous racontent l'expérience authentique et profonde de l'altérité dont l'amour est tissé.
Johnny, fais-moi mâle ! c'est une tentative, par le biais du chant, de la musique et du théâtre, de mettre en perspective les carcans qui nous enferment et nous séparent, pour inventer plus librement une identité qui nous est propre.

Nous désirons ce qu'il y a de différent en l'autre, nous convoquons la multitude d'êtres qui sommeillent en chacun(e) de nous, et embarquons vers l'inconnu, porté(e)s par la croyance que c'est dans la rencontre que la vie prend sens, au-delà de la peur. A l’heure actuelle, le repli sur soi, le manque d'empathie et l'absence de rêves occupent une très large place. Nous croyons au contraire que l'art et la création - quelle qu’en soit la forme- sont une arme solide
pour ouvrir nos portes, nos fenêtres et nos horizons, et renouveler sans cesse la promesse de la rencontre qui se niche dans chaque regard, chaque sourire, chaque main tendue.

Le féminin et le masculin sont racontés ici dans ce qu'ils ont de poreux, de commun et mouvant, et ce commun, nous devons nous employer à le faire émerger partout. Ne nous laissons pas enfermer par le discours sécuritaire, déplaçons notre regard pour affronter les divisions qui sont à l’oeuvre et leurs conséquences dramatiques. Que notre fiction devienne réalité !
Aurore et Clémence Bucher, 14 novembre 2015

* Le genre, c'est considérer que les différences entre les sexes sont socialement construites et non biologiques et qu'on ne devient femme
ou homme qu'après avoir intériorisé les rôles et les fonctions soi-disant inhérentes à nos sexes.



Virevolte Quintette
Virevolte Aurore Bucher
Virevolte Jumping
Pièces jointes